Explication « occidentale » du fonctionnement du Shiatsu

Les pressions effectuées lors d’une séance de Shiatsu ont une action importante sur la peau, même au travers des vêtements. En effet, chaque centimètre carré de notre peau se trouve proche d’un récepteur sensitif qui agit en fonction de la stimulation reçue, certains réagissant à la pression, d’autres à la chaleur, à la douleur, à l’étirement, etc. C’est au niveau de l’hypoderme, la couche la plus profonde de la peau que les récepteurs sensibles à la pression agissent, ce sont les corpuscules de Paccini.

La stimulation du tissu cutané engendre des réactions chimiques dans le système nerveux central, avec la sécrétion d’hormones, notamment des endorphines (morphines naturellement produites par l’organisme), qui modifient la sensation perçue. Cela permet également de réguler le fonctionnement du système nerveux para sympathique.

Enfin, les pressions et relâchement agissent comme une pompe, qui permet d’enlever l’excès d’acide lactique dans les zones traitées. En effet, quand une pression est exercée plusieurs secondes sur une zone, les artérioles se dilatent autour pour aider à la circulation. Dès qu’il y a relâchement, le sang afflue en grande quantité dans les vaisseaux.

Le Shiatsu permet donc une stimulation de la circulation sanguine, mais également lymphatique, permettant un drainage du corps, et une détente des muscles et tendons.

Explication occidentale fonctionnement Shiatsu